Il n'y a pas qu'en été que (trop) de gens se noient, mais c'est plus fréquent à cette époque. Une statistique démontre qu'au moins une cinquantaine de personnes se noient en Suisse par année.

Cela est vite arrivé: un moment d'inattention, une courte distraction et l'enfant a disparu des yeux de ses parents. C'est un moment dangereux, dans un établissement de bain bondé un jour d'été, qui provoque une panique chez les parents ou des personnes accompagnatrices. Mais quel soulagement quand l'enfant réapparaît "indemne". Et pourtant qu'en est-il sinon? 

D'une part il y a la "noyade sèche": quelqu'un tombe dans l'eau, prend peur et subit un arrêt cardio-vasculaire. La personne décède avant que l'eau n'ait pu pénétrer dans les poumons. D'autre part, il y a la noyade dite "humide": une personne tombe dans l'eau et lutte pour sa survie. Elle patauge avec les bras en émergeant ou s'immergeant, s'étouffe et arrive finalement à l'épuisement sous l'eau. Elle tombe dans l'inconscience, les voies respiratoires "s'ouvrent" laissant ainsi l'eau parvenir aux poumons avant que la victime meure. C'est une chance de pouvoir être sauvé à temps et réanimé.

La noyade secondaire

Les plus incroyables rumeurs courent autour de la noyade. Certains "spécialistes" vont même affirmer que boire de l'eau de bain suffit à "noyer" un enfant. C'est naturellement une ineptie que les esprits critiques emploient contre la natation des bébés pour faire peur aux parents.

Pour moi il est important, que vous puissiez, chers Clients d'H2O, discerner les faits des rumeurs.

Les victimes de noyade qui ont pu être réanimées sont remises aux soins hospitaliers. En fait, l'irruption de l'eau dans les poumons y empêche l'échange des gaz. Cela entraîne une modification du bilan sanguin. Le poumon peut être gravement endommagé par l'intrusion d'un liquide, avec comme conséquence l'apparition d'œdèmes ou d'une pneumonie. De là le nom de "noyade secondaire", donné au dommage mortel dont a dû souffrir la personne secourue. A la suite de la noyade en eau salée, le bilan électrolytique du patient est complétement désordonné, ce qui réduit considérablement ses chances de survie.     

Chers parents, j'espère que cette explication vous aidera à ne pas tomber dans le piège des articles à sensation de la presse. D'ailleurs ces derniers sont publiés avec des nouvelles inepties chaque été. 

La noyade secondaire peut arriver. Mais seulement si le patient s'est effectivement noyé et qu'il a pu être réanimé. Il n'y a pas de noyade secondaire si quelqu'un boit simplement une bonne tasse pendant la natation.

Les bébés et les enfants ont l'avantage

Les bébés et les enfants nageurs se noient généralement moins souvent que les nageurs inexpérimentés. Pourquoi? Parce que le nageur sans expérience est saisi d'une crampe due à un choc. Il tente de se débattre et coule comme une pierre sous l'eau. Il en est autrement avec l'enfant habitué à l'eau: il s'oriente sous l'eau, ouvre les yeux, cherche des possibilités de s'agripper et effectue des mouvements de natation. Toutes actions qui peuvent lui garantir la survie. En se bougeant il peut attirer l'attention. Il est plus facile de le repérer dans la foule que quelqu'un qui coule sans bruit. 

Mon conseil pour les parents paraît aller de soi: ne jamais quitter les enfants des yeux! Mais malheureusement, la réalité est différente: chatter avec son portable au bord du bassin pendant que l'enfant barbotte dans l'eau est tout autant irresponsable que de partir du principe que le maître nageur va déjà surveiller l'enfant.

Et comment dois-je faire, moi comme personne accompagnatrice, pour ne pas être distraite pendant que l'enfant est dans l'eau? Tout simple: occupez votre enfant! Jouez, aspergez, barbotez avec lui et appréciez le moment à deux ou en famille! C'est la meilleure garantie d'avoir toujours son enfant sous les yeux.

On ne laisse aussi jamais aller un enfant seul au kiosque, aux toilettes ou à la douche, même s'il est déjà capable d'effectuer quelques brasses. Il y a tellement de choses à découvrir en chemin. Les enfants sont très vite distraits ou peuvent tomber dans de l'eau profonde. C'est pourquoi: l'époque des baignades et un moment à passer ensemble – toujours et partout!

Au fait: même pendant le temps des baignades First Flow et Let's Swim proposent des cours. Vos petits nageurs sont mis très rapidement au contact de l'eau et peuvent apprécier pleinement la saison des bains. A bientôt – Nous nous réjouissons!